Master mention Urbanisme et aménagementparcours Dynamiques sociales et aménagement des territoires

Sciences Humaines et Sociales

Niveau d'entrée

BAC+3

Type de diplôme

Master

Durée

2 ans

Crédits ECTS

120 crédits

Présentation

Télécharger cette fiche

Au sein de l’institut d’aménagement et d’urbanisme de Rennes (plus d’infos sur le site de l’IAUR) et de la mention « Urbanisme et aménagement », le parcours Dysater valorise la recherche à la fois comme un ensemble de métiers qui interrogent le monde (ce monde que l’on aménage et urbanise) et comme un ensemble de méthodes utiles aux urbanistes et aux aménageurs (qui doivent se poser les bonnes questions avant d’agir)…

Mais contrairement à ce que certain-e-s peuvent croire, un master recherche n’est pas exclusivement destiné à former des chercheur-e-s ! En réalisant un stage de 6 mois en entreprise ou organisme et un mémoire dédié à un questionnement scientifique appliqué, il est tout à fait possible d’accéder à des postes assez techniques dans des organismes du secteur de l’aménagement.

Objectifs

Le parcours Dysater se veut clairement interdisciplinaire avec des enseignements équilibrés entre la géographie, l’aménagement, la sociologie, la psychologie de l’environnement, etc. Le partage quasi complet du semestre 9 avec un parcours de sociologie, renforce cette orientation. S’y ajoute l’origine disciplinaire variée des étudiants : géographie, architecture, sociologie…

Le master Dysater autorise une grande individualisation des parcours. Outre les 6 cours à choisir parmi 18 et l’atelier à choisir parmi 5 en tronc commun de M1, il permet en effet aux étudiant-e-s de choisir un thème de spécialisation et de s’y consacrer au travers des deux mémoires, avec l’accompagnement sur deux ans d’un directeur de recherche. Il offre un cours au choix parmi 7 en M2 dans le cadre de l’offre d’ESO. Enfin il permet d’orienter le S10 soit vers une professionnalisation au travers d’un stage et d’un mémoire de recherche appliquée, soit vers le doctorat avec un mémoire de recherche plus fondamentale.

L’internationalisation est un objectif global de la formation, et cela se traduit par des opportunités de mobilités (voir la rubrique International), par des cours qui abordent l’urbanisme hors Europe et par un recrutement d’étudiant-e-s pour moitié étranger-e-s.

Savoir-faire et compétences

Le master Dysater est donc à la fois une formation en urbanisme et aménagement et une formation à et par la recherche en sciences sociales. La formation professionnelle en urbanisme et aménagement s’appuie sur le tronc commun (environ les 2/3 des cours sur trois semestres), sur une partie des cours « recherche », sur le workshop de l’IAUR, sur la possibilité de deux stages, sur les thèmes de la majorité des mémoires. La formation à et par la recherche s’appuie sur les nombreux cours de spécialité et de tronc commun directement reliés aux recherches des enseignant-e-s-chercheur-e-s, sur la place importante accordée à la sociologie, sur les mises en situation de recherche dans le cadre des TD, sur les mémoires de M1 (6 ECTS) et de M2 (30 ECTS), sur les “cours au choix inter-sites” et sur le “séminaire partagé” du S9, etc. C’est donc une formation qui prépare aux carrières d’études et de conduite de projet en urbanisme et aménagement, avec en prime une préparation sérieuse à la démarche du doctorat en géographie humaine (section 23 du CNU) et en aménagement et urbanisme (section 24).

Organisation de la formation

L’équipe pédagogique du master Dysater (51 enseignant-e-s au total) est pluridisciplinaire et assez étoffée du fait de la dispersion des étudiant-e-s dans divers groupes de TD (outils méthodologiques) et dans des cours au choix au M1 comme au M2. Chaque étudiant ne rencontre toutefois pas autant de personnes. L’équipe des enseignant-e-s qui donnent des cours de spécialité en M1 comme en M2 et qui encadrent régulièrement des mémoires Dysater est d’une quinzaine de-e personnes, dont quatre sont membres du conseil de perfectionnement. Celui-ci se réunit une fois par an pour faire le point sur divers aspects de la formation, en particulier les liens avec le monde de l’aménagement et de l’urbanisme et l’adaptation des enseignements. Sa composition lui permet de mobiliser les apports de professionnels en prise avec le champ de compétences du diplôme. En master Dysater, les liens avec le monde professionnel sont également tissés par des interventions en salle (dont celles qui ponctuent le workshop de l’IAUR), mais surtout par les contacts que les étudiant-e-s construisent dans leur parcours de recherche et de stage en M1 comme en M2, et par les données que les enseignant-e-s-chercheur-e-s comme les étudiants mobilisent dans leurs approches.

Le parcours Dysater est organisé en M1 sur la base du tronc commun aux 4 parcours de la mention. Sa principale spécificité est l’opportunité de rédiger un mémoire tout au long de l’année. Ce mémoire entame la spécialisation de l’étudiant-e, lui permet d’entrer en contact avec les références bibliographiques mais aussi avec les acteurs concernés par la problématique abordée, ce qui débouche fréquemment sur des stages de fin d’année.

En M2, l’organisation est tout à fait spécifique. D’une part le « jumelage » avec le master Dysote, proposé en alternance, amène à concentrer les cours du S9 sur 6 semaines, dont :
- 3 semaines très denses regroupant la majorité des enseignements,
- 1 semaine réservée aux « cours au choix » proposés par les 5 sites d’ESO,
- 1 semaine réservée au « séminaire partagé » des masters adossés à ESO,
- 1 semaine pour le workshop de l’IAUR.

D’autre part le semestre 10 est entièrement dégagé de contraintes d’enseignements et doit être consacré au stage (en laboratoire de recherche ou en organisme) et au mémoire, ce dernier étant de facto éliminatoire puisque crédité de 30 ECTS sans possibilité de compensation avec le semestre précédent.

En résumé

Composante(s)

  • UFR Sciences sociales

Niveau d'étudeBAC+5

Modalité d'enseignement

  • Formation initiale
  • Formation continue
  • Formation en alternance

Langue(s) d'enseignementFrançais

Capacité25

Infos complémentaires

Inscriptions / candidatures

Admission

25 étudiants
Capacité d'accueil

Conditions d'admission

Pour candidater en master 1 Dysater, la procédure dépend de votre situation :

- Si vous venez d’une formation de Rennes 2 (y compris redoublement du M1 Dysater), d’une autre université française ou bien d’une université étrangère d’un pays qui ne relève pas de Campus France, vous devez candidater via la procédure e-candidat, généralement ouverte sur une courte période au printemps (surveillez les dates sur la page des masters de géographie !). Selon votre parcours antérieur et la qualité de votre dossier, vous serez admis-e en liste principale ou en liste complémentaire (liste d’attente) par la commission pédagogique.
- Si vous relevez de la procédure Campus France, il faut candidater auprès des ambassades de France des pays concernés avant le mois de janvier…

Pour candidater en master 2 Dysater, la procédure dépend de votre situation :

- A l’issue du M1 Dysater, l’accès au M2 Dysater est de droit pour les étudiant-e-s qui ont réussi leurs deux semestres (nouvelle règle applicable à la rentrée 2018). Les candidatures d’étudiant-e-s en capacité de s’intégrer et de réussir en M2 sont toutefois les bienvenues pour compléter et enrichir les profils de la promo. Ces candidatures extérieures au M1 Dysater sont soumises dans tous les cas à un examen par la commission pédagogique. Comme pour l’admission en M1, deux procédures co-existent :
- Dans le cas général il faut candidater via l’application e-candidat puis y saisir les pièces justificatives de façon dématérialisée. Cela demande de bien préparer son dossier, de scanner certains documents, etc., afin de ne pas louper la date limite (voir le site de l’université).
- Si vous relevez de la procédure Campus France, il faut candidater auprès des ambassades de France des pays concernés (avant janvier en principe).

Les critères d’admission

La commission pédagogique apprécie les éléments suivants (donnés ici à titre indicatif) :
- Critère A (30%) : Qualité du cursus académique antérieur, dont la mention du diplôme et les résultats obtenus (critère commun à la mention).
- Critère B (20%) : Résultats académiques aux Unités d’Enseignements Fondamentaux de Licence 3 (critère commun à la mention).
- Critère C (30%) : Adéquation du projet de formation et du projet professionnel avec le parcours Dysater. La commission regardera les choix d’enseignements optionnels en M1, les travaux antérieurs d’initiation à la recherche (si la formation l’inclut) relevant des champs disciplinaires et méthodologiques du parcours Dysater, ou, à défaut, la réalisation d'un stage (si la formation l’inclut) en L3 ou L2 dans un domaine en lien avec le parcours Dysater. Un critère déterminant est l’existence et la qualité du projet de recherche et sa cohérence avec les champs disciplinaires et méthodologiques du parcours Dysater.
- Critère D (20%) : Motivation de l’étudiant(e), adéquation du projet de formation et du projet professionnel ave le parcours Dysater. Le contenu et la qualité rédactionnelle de la lettre de motivation, les activités ou diplômes en relation avec le parcours Dysater et la justification du choix d’un parcours recherche au sein d’une mention « Aménagement & urbanisme » sont regardés.

NB : le cas échéant, en l’absence d’auditions pour le parcours DYSATER, la commission pourra être amenée à demander des précisions par mél ou par téléphone au (à la) candidat-e sur son parcours et projet de recherche.

Classement en liste principale ou en liste d’attente

A partir du dossier et d’éventuels compléments d’information, votre candidature au master Dysater peut être :
- acceptée en liste principale (dans ce cas merci de confirmer rapidement),
- acceptée en liste d’attente (dans ce cas vous serez « appelé » au fur et à mesure que des places se libèrent par désistement de candidat-e-s mieux classé-e-s),
- refusée (dans ce cas le refus est motivé).

Modalités d'inscription

Une fois admis-e en M1 ou en M2 Dysater, vous devez réaliser l’inscription administrative (IA), procédure qui valide votre inscription et vous ouvre le statut d’étudiant-e. Pour les étudiant-e-s admis-e-s via e-candidat, l’IA se réalise en ligne (généralement en juillet). Pour les étudiant-e-s admis-e-s via Campus France, l’IA s’effectue auprès du secrétariat du master dès que vous arrivez à Rennes. A la rentrée, vous devrez procéder à votre inscription pédagogique (IP) selon les instructions qui vous seront données. L’IP valide votre inscription aux examens en vue de la délivrance des relevés de notes et du diplôme.

En savoir plus : https://www.univ-rennes2.fr/formation/inscriptions-candidatures

Public cible

Les étudiant-e-s qui constituent les promotions du master Dysater répondent aux caractéristiques suivantes, gage de réussite individuelle et collective :
- pour moitié hommes et pour moitié femmes ;
- pour moitié français-es et pour moitié étrangèr-es (avec un niveau attesté de français B2 minimum) ;
- pour partie issu-e-s de Rennes 2 et pour partie d’autres établissements ;
- pour partie issu-e-s de licences de géographie, d’aménagement et urbanisme ou d’architecture et pour partie issu-e-s de licences variées dans le domaine des SHS (sociologie, AES, économie, histoire, psychologie de l’environnement, etc.) mais aussi, plus marginalement dans le domaine des sciences du vivant (agronomie, paysage) ;
- pour partie issu-e-s d’un parcours scolaire et académique et pour partie issu-e-s d’un parcours diversifié riche d’expériences…

Noter que des candidatures d’étudiant-e-s déjà titulaires d’un master 1 ou d’un master 2 sont examinées sur les mêmes bases, sans priorité particulière.

Programme

Et après ?

Poursuite d'études

La poursuite d’étude en doctorat est cohérente avec la formation proposée dans le parcours Dysater. La recherche d’un support financier (contrat doctoral, convention CIFRE, etc.) et scientifique (direction de thèse, laboratoire) s’organise dès l’année de master 2 et peut conduire les diplômé-e-s du parcours Dysater vers de nombreux laboratoires en France comme à l’étranger. Une fraction significative des étudiant-e-s du parcours Dysater (environ un quart) s’engage donc dans une thèse. La plupart sont des thèses en aménagement et en urbanisme, dont certaines au sein d’opérateurs ou de collectivités dans le cadre du dispositif CIFRE.

Poursuite d'études dans l'établissement

Insertion professionnelle

A l’issue de la formation, certains étudiants réalisent des Services civiques, dont certains dans le cadre d’opérations urbaines (Hôtel Pasteur…), et plus globalement des CDD qui leur permettent d’expérimenter des positions professionnelles très variées, souvent hétérodoxes et parfois militantes, dans le cadre de projets d’aménagement urbain ou rural ainsi que de développement socio-territorial.

Les étudiant-e-s du master Dysater sont en effet susceptibles de faire carrière dans des champs professionnels et une typologie d’organismes employeurs très diversifiés :
- Administration publiques de l’Etat et des collectivités territoriales (dont EPCI).
- Enseignement supérieur (Universités, grandes écoles, etc.) et formation supérieure continue.
- Instituts de recherche (CNRS, IRD, INRA, IRSTEA, etc.).
- Laboratoires universitaires et laboratoires d’organismes et d’entreprises (doctorants, ingénieurs d’études).
- Tiers-secteur (associations, coopératives, mutuelles…).
- Bureaux d'étude en aménagement de l’espace, environnement, paysage, urbanisme et architecture, développement social et urbain.
- Organismes à l’interface des sphères publique et privée : associations contribuant au service public, sociétés d’économie mixte, entreprises de service public, établissements de formation et d’éducation.
- Entreprises privées concernées par des enjeux socio-territoriaux.

En termes d’emplois, les titulaire du master Dysater (et de la spécialité Dyater pour avoir un peu de recul sur les parcours) explorent une grande diversité de positions professionnelles dans les champs de l’urbanisme, de l’aménagement, de la recherche et de l’engagement social :
- Chargé-e d'études et de recherches socio-territoriales (urbain / rural).
- Responsable d'enquêtes terrain.
- Chargé-e de projet, de programme, de mission ou d'aménagement.
- Animateur-trice, coordinateur-trice, responsable ou chef-fe de projet socio-territorial.
- Métiers de l'action publique territorialisée dans les administrations, les collectivités territoriales, les organismes mixtes ou les associations.
- Médiateur-trice territorial.
- Chargé-e de débat public.
- Chargé-e d’expertise d’usage.
- Chargé-e de promotion du tourisme local.
- Chargé-e de projet de développement social (urbain / rural).
- Professeur-e contractuel, certifié-e ou agrégé-e de l’enseignement secondaire (histoire-géographie, aménagement paysager, etc.).
- Métiers de l'enseignement supérieur et de la recherche, après une poursuite en Doctorat : chercheur-e, enseignant-e-chercheur-e, ingénieur-e de recherche.

Les + de la formation

Vie étudiante

Contrairement aux autres parcours de la mention, le parcours Dysater ne comporte pas de voyage d’étude, du fait de la possibilité, pour nombre des étudiant-e-s, de profiter des opportunités d’internationalisation qu’il offre. Le « séminaire partagé » des masters ESO joue toutefois le rôle de construction de l’expérience collective de chaque promotion par son caractère convivial (trois jours en résidentiel) et par le temps qui est accordé à la réflexion sur le projet de recherche de chacun des participant-e-s. Les étudiant-e-s sont en général marqué-e-s par les temps consacrés à la valorisation de leurs propres productions individuelles et collectives. La soutenance du mémoire est de ce point de vue un point d’orgue individuel. Mais l’organisation intégrale d’un séminaire ESO-Rennes, véritable commande inscrite à l’agenda du laboratoire, est un défi renouvelé chaque année, la sortie du programme en janvier étant une fierté collective de la promotion de M2.
Aux côtés de la formation proprement dite, la création de l’Association des « Lucioles du master Dysater » (LMaDy), au printemps 2017, permet aux étudiants de prendre des initiatives et de construire un authentique réseau d’anciens. La première réalisation, en mai 2018, a été d’organiser deux parcours urbains dans le cadre de la Nuit de la géographie.
Les ancien-ne-s étudiant-e-s se retrouvent pour une cérémonie de remise des diplômes (toute simple), sont informé-e-s par mél des offres de services civiques, d’emploi et de thèse qui circulent, et sont invité-e-s à contribuer au master par des offres de stage, des interventions voire la participation au conseil de perfectionnement. L’association LMaDy est aussi leur association !

International

Les étudiant-e-s du parcours Dysater ont la possibilité de passer deux semestres sur quatre à l’étranger (les S8 et S10) dans le cadre du « parcours international » proposé depuis 2017. Deux étudiant-e-s du M2 Dysater ont ainsi été co-encadré-e-s depuis Texas State University au printemps 2018, tou-te-s les deux sur des thématiques d’aménagement et d’urbanisme. Plus généralement, au travers des mémoires de recherche, le parcours Dysater permet d’explorer les questions d’urbanisme et d’aménagement aux quatre coins du monde.

Stage

Les étudiants Dysater sont très intéressés par les stages, même si ces derniers ne sont pas obligatoires. Ces stages peuvent être réalisés en organisme public ou para-public, en entreprise, en association. Ils peuvent aussi avoir lieu au sein d’unités de recherche françaises ou étrangères dans le cadre de programmes de recherche. 32 conventions de stages ont été signées sur les quatre dernières années soit un taux de stage par étudiant d’environ 54 %. Parmi les organismes d’accueil, on trouve des cabinets en urbanisme, des collectivités, des services publics, des laboratoires de recherche en géographie, en urbanisme et en paysage, des opérateurs socio-économiques.

Alternance

- En M1 la formation n’est pas en alternance.
- En M2, au semestre 9, l’alternance (une semaine de cours par mois) est quasiment respectée, seule l’UE de tronc commun reste hebdomadaire (4 heures par semaine).
- En M2, au semestre 10, il n’y a pas de cours, le rythme de travail dépend des conditions de stage ou de l’organisation personnelle de l’étudiant-e.

Partenariat

Laboratoire(s) partenaire(s)

Autre(s) structure(s) partenaire(s)

D’autres partenariats sont plus spécifiquement liés à la dimension recherche du parcours Dysater :

- le jumelage au S9 avec le master Dysote (UFR Sciences sociales) ;
- les cours au choix et le séminaire partagé qui relient l’ensemble des masters à dimension recherche adossés à l’UMR ESO et permettent aux étudiant-e-s de se rencontrer.

Enfin certains départements et laboratoires de France et d’ailleurs sont en lien plus étroit avec le parcours Dysater dans une logique d’accueil de mobilités enseignantes comme étudiantes (liste non exhaustive) :
- Department of Geography, Texas State University ;
- Universidad externado de Colombia (Bogota) ;
- Laboratoire Espaces, Nature et Culture(UMR 8185 ENeC), Université Paris 4 ;
- Dipartimento delle Culture Europee e del Mediterraneo – Università della Basilicata (Matera).

Contact(s)

  • Responsable(s) pédagogique(s)
    Yvon Le Caro

    Email : yvon.lecaro @ univ-rennes2.fr

  • Scolarité
    Anne Hamon

    Tél : +33 (0) 2 99 14 18 36 / Bureau A 227

    Email : anne.hamon @ univ-rennes2.fr